belux1

Les raisons de ce nouveau voyage de Louis Michel au Congo

-         Evaluer le degré d’exécution de son plan esclavagiste d’occupation, de domination et de pillage du Congo ainsi que d’extermination des natifs congolais;

-         Donner de nouvelles instructions à son poulain et agent d’affaire Hypolite Kanambe, alias Joseph Kabila pour parachever ledit plan;

-         Pour mithridatiser et hypnotiser les congolais, le prestigitateur Louis Michel amène chaque fois au Congo un somnifère: des milliards de $US.

Le plan que Louis Michel accomplit au Congo, par le canal de son poulain Hypolain Kanambe, alias Joseph Kabila, n’est plus secret: maintenir Hypolite Kanambe au pouvoir aussi longtemps qu’il vivra pour pouvoir, par son canal, dominer le Congo, piller ses richesses, le diriger à partir de Bruxelles, exterminer les natifs congolais et les remplacer par des étrangers qui seront donc redevables à Hypolite Kanambe et donc moins exigeants.

Pour réaliser ce plan, Louis Michel n’hésite pas à cumuler à la fois, dans le cas du Congo et du Congo seul, les fonctions du Ministre belge des affaires étrangères (Karel De Gucht), du Commissaire Européen aux Affaires Etrangères (Javier Solana) et du Commissaire Européen  au Développement et à l’Action humanitaire (Louis Michel)

Lors de son dernier voyage au Congo (week-end du 1er mai 2005), Louis Michel avait donné des instructions précises, ci-après, à son poulain Hypolite Kanambe, alias Joseph Kabila:

-         Adoption du projet de constitution taillée sur la mesure d’Hypolite Kanambe.

-         Pas de présentation de bilan de

la Transition

aux nègres congolais (ils n’en ont aucun droit, aucun mérite). Pas d’application de larticle 196 de

la Constitution

(Selon l’alinéa 1 de cet article, la durée de la transition était de 24 mois. Selon l’alinéa 2 du même article, la prolongation ne devait pas être automatique, elle devait être conditionnée par les raisons spécifiquement liées à l’organisation des élections et devait être dûment motivée).

-         Mépris de la volonté souveraine du Peuple Congolais qui refuse toute prolongation de la transition, même au prix de son sang le 10 Janvier 2005. La volonté et la vie des nègres ne comptent pas devant un esclavagiste et devant son agent d’affaire imposé aux nègres congolais. 

-         Prolongation automatique, par la force et défi, au-delà du 30 Juin 2005, du pouvoir du régime Kabila 1+4=0. Non aux négociations avec qui que ce soit. Candidature unique pour l'Espace Présidentiel.

-         Démarrage du faux processus électoral totalement miné et truqué le 20 Juin 2005 même si la loi électorale n’est pas encore votée (les nègres congolais ne verront pas que la charrue est mise devant les chevaux) avec le matériel informatique livré par la société belge ZETES PAS (matériel préparé pour la fraude et la tricherie).

-         Exclusion de l’UDPS du processus électoral: le principe étant d’écarter de la gestion du Congo les vrais patriotes, les démocrates et les représentants des aspirations et des intérêts du Peuple Congolais. Cela a été fait depuis 1960 à ce jour. (Les deux cas ils ont accédé au pouvoir par la volonté du Peuple, les esclavagistes et leurs complices congolais les ont immédiatement bloqués - Lumumba en 1960 et Tshisekedi en 1992, et même physiquement éliminés  - Lumumba-.

-         Scrutin à la proportionnelle.

-         Massacres à large échelle si les nègres congolais osent perturber, par des manifestations même pacifiques organisées le 30 Juin 2005, ce plan. Etouffer, par tous les moyens, l’_expression de leur volonté souveraine et les exterminer abondamment ce jour-là, Les enterrer même dans les fosses communes (Tshikapa, Bandaka, KinshasaIls n’ont pas droit à un sépulcre digne). Ce sera une occasion rêvée d’accomplir le plan d’extermination des natifs congolais.

Exécution de ce plan machiavélique par Hypolite Kanambe avec la complicité de certains congolais lâches, traîtres, opportunistes et aventuriers:

-         Adoption du projet de constitution effectivement taillée sur la mesure d’Hypolite Kanambe le 16 mai 2005, c’est-à-dire 44 jours avant la fin de la transition. Ce projet de Constitution a été rejeté par l’ensemble de la société civile congolaise en général et par la société civile katangaise katangaise en particulier, et a été dépécé par l’étude critique et pertinente du Professeur Mukadi Bonyi. Il a été pourtant maintenu inchangé et sera très probablement présenté à référendum populaire le 27 novembre prochain et imposé.

La Codepa

du Professeur Loseke Tharcisse a appelé au boycott de ce référendum et présenté les raisons fondées jusqu’ici non réfutées.

-         Dans la précipitation,

la CEI

, qui n’avait réalisé aucune opération pré-électorale durant les 24 mois de la transition, a démarré le fameux faux processus électoral (enrôlement et enregistrement) à Kinshasa le 20 Juin 2005, c’est-à-dire 10 jours avant la fin constitutionnelle de

la Transition.

Jusqu

’au vendredi 17, elle attendait encore des kits informatiques destinés à cette opération. Curieusement, la carte d’enrôlement et d’enregistrement sert en même temps de carte d’identité et est distribuée à la pêle à tous les étrangers résidant au Congo (ouest-africains, tanzaniens, zambiens, angolais, aux centrafricains, burundais, éthiopiens, érythréens, rwandais…). Les interahamwe génocidaires rwandais hutus qui étaient en prison au Rwanda ont été déversés, par milliers, en camions, à la frontière est du Congo ont envahi

la RDCongo

, se sont répandus partout à l’intérieur du pays et se sont procuré eux aussi la fameuse carte. Ils sont devenus des citoyens congolais en quelques secondes. Et c’est l’Abbé Malu Malu, originaire de l’Est, Région la plus meurtrie par deux guerres liées au problème de nationalité, qui s’est transformé ainsi en bon samaritain de la nationalité congolaise.

-         Les avions partent de cinq continents, pleins à craquer, avec tous les étrangers désireux d’obtenir la carte d’enrôlement, d’enregistrement et d’identité des citoyens congolais en quelques secondes. Il suffit d’amener quelques dollars. Le tour est joué. L’Abbé Malu Malu lui-même les accueille à bras ouverts, avec son sourire légendaire, à leur descente d’avion à l’Aéroport de Ndjili (Kinshasa).

-         La population elle-même, les chefs des quartiers, les chefs coutumiers, les églises, les responsables du réseau des examens d’Etat… Bref, ceux qui se connaissent dans les quartiers et qui connaissent la population de chaque ressort ont été à dessein écartés de ce processus d’identification. Tout simplement puisque l’on veut tricher, procéder par la fraude.

-         La composition des Bureaux de représentation et de liaison de

la CEI

est dominée par les belligérants. Et le choix porté sur l’entreprise ZETES PAS pour la livraison des Kits informatiques est plus que suspect. Par rapport à ses concurrentes, cette entreprise n’est pas financièrement viable et elle s’est avérée la moins performante tant sur le plan fonctionnel que technique au regard de critères retenus par cette même CEI dans son appel d’offre et aux résultats obtenus après le test de validation.

-         Le clientélisme a présidé à l’opération de recrutement des opérateurs de saisie. Pour la seule Commune de Matete par exemple, sur les 22 opérateurs de saisie  retenus, un seul figure sur la liste de 81 candidats ayant participé au test. Les 21 se comptent parmi les recommandés venant d’ailleurs.

(A suivre)

Dr François Tshipamba Mpuila