KINSHASA (AFP) - dimanche 30 avril 2006 - 21h31 - La Commission électorale indépendante (CEI) de République démocratique du Congo a rendu public dimanche soir un calendrier électoral fixant au 30 juillet le premier tour de l'élection présidentielle et les législatives, au cours d'une conférence de presse à Kinshasa.
Le premier tour de l'élection présidentielle et les législatives (un seul tour) "seront organisées le 30 juillet 2006. La campagne électorale pour ces élections débute le 29 juin à 00H00 et se termine le 28 juillet à minuit", a annoncé Dieudonné Mirimo, le rapporteur de la CEI.

Ces élections, initialement fixées le 18 juin, avaient été repoussées pour les raisons logistiques.

La CEI n'a pas donné de date pour le second tour de la présidentielle et pour les autres scrutins prévus (provinciaux, sénatoriaux et locaux), précisant simplement qu'un calendrier serait annoncé "après la publication des listes définitives des candidats aux élections provinciales", pour lesquelles les inscriptions sont prévues du 2 au 22 mai.

Trente-trois candidats ont été enregistrés pour la présidentielle, parmi lesquels l'actuel chef de l'Etat, Joseph Kabila, plusieurs anciens chefs rebelles actuellement membres du gouvernement de transition de RDC et d'anciens ministres du régime de Mobutu.

Pour les législatives, où 500 postes sont à pourvoir, 9.632 candidatures ont été validées.

Ces élections, les premiers scrutins pluralistes en plus de 40 ans dans l'ex-Zaïre, doivent mettre un terme à une fragile transition politique initiée en 2003 après une guerre régionale de près de cinq ans sur le sol congolais.

Plus de 25,6 millions d'électeurs, dans un pays de près de 60 millions d'habitants et de la taille de l'Europe occidentale, seront appelés à participer à ces élections, devant doter la RDC d'un régime semi-présidentiel dans un Etat unitaire fortement décentralisé.

La CEI a établi un calendrier allant au delà du 30 juin 2006, date butoir imposée par la Constitution de transition de la RDC.

Le président de la CEI, l'abbé Apollinaire Malu Malu, a expliqué que le calendrier proposé "ne violait aucun texte", puisque la nouvelle Constitution de RDC, adoptée en décembre par référendum et promulguée le 18 février, prévoyait dans son article 222 le maintien des institutions politiques de la transition "jusqu'à l'installation effective des institutions correspondantes prévues par la (nouvelle) Constitution".

Le président de la CEI a également appelé les acteurs politiques à "un dialogue permanent", pour mener une campagne "sereine".

Il a justifié le choix de la date du 30 juillet pour les premiers scrutins en expliquant "le travail énorme" à accomplir, pour établir au total 170 bulletins de vote différents, celui de la présidentielle et ceux des législatives dans les 169 circonscriptions du pays.

C'est l'Afrique du Sud, avec l'accord des bailleurs et de la CEI, qui se chargera de l'impression et du transport en RDC de ces bulletins.

Pour un expert électoral des Nations unies, "ce calendrier est très serré", alors que l'appel d'offre pour l'impression des bulletins n'a pas encore été lancé en Afrique du Sud.

En prolongeant unilateralement le regime 1+4=0 aura sur son chemin toute la dynamique du changement le 30/06/2006 sur son chemin et aucune minute ne sera accordée aux imposteurs qui tuent notre peuple.

Nous invitons notre peuple à se tenir débout comme un seul homme pour corriger les violateurs de la loi de la Republique par les actions appropriées en s'attaquant aux symboles du pouvoir, car si on ne le fait pas aujourd'hui personne d'autres ne viendra nous liberer de cette colonisation.


SAMY MUSAMPA BATENABABO UDPS/BELUX
e-mail:sammusampa@hotmail.com