COMMENT LE PEUPLE BELGE AVAIT-IL MIS FIN Á LA DOMINATION
ÉTRANGÈRE SUR LE SOL DE SES ANCÊTRES ?
RÉPONSE : EN PRENANT LES ARMES CONTRE L’ANCIENNE PUISSANCE COLONIALE, LA HOLLANDE.
ET SI LE PEUPLE CONGOLAIS SUIVAIT CE BEL EXEMPLE….



Rien n’est aussi contagieux que l’exemple a dit La Rochefoucault.
A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitable les révolutions violentes. (John Fitzgerald Kenedy, président des Etats-Unis de 1961-1963. Mort assassiné le 22 novembre 1963).
Et oui, la terreur, l’humiliation et la frustration mènent aux solutions extrêmes, surtout s’il faut statuer sur le sort de 60 millions de congolais. Pour mettre fin au drame congolais, le peuple congolais doit agir, lui-même, comme l’avait fait le peuple belge, sur la cause plutôt que sur la conséquence, et non comme le fait actuellement, dans l’hypocrisie la plus respectable, la communauté internationale, téléguidée par la classe
politique belge, dont le chef de fil est l’énergumène Louis Michel.

L’aspiration de la nature humaine vers la liberté est invincible, elle peut-être écrasée, mais elle ne peut-être anéantie( Vassili Grossman).
Force est de rappeler que le peuple congolais est né d’un crime contre l’humanité, à savoir la traite et l’esclavage des Noirs perpétrés du xvi ème au xix siècle contre les populations africaines, malgaches et indiennes dont certaines ont été déportées aux Amériques.
Parmi toutes ces populations, le sort de congolais est plus dramatique que celui des autres. C’est comme si Dieu, notre Père-Mère, avait destiné le peuple congolais au malheur. Ce qui ne peut pas être vrai , car Dieu est totalement bon et aime tous ses enfants, sans exception, y compris les congolais. Donc la situation que les congolais vivent chez eux ne vient pas de Dieu, elle est créé et entretenue par des hommes sans morale, des animaux à visage humain, de monstres buveurs du sang des humains; de ce fait, il faut la combattre par tous les moyens possibles, maintenant même et pas demain.


Une frustration encourue au cours de longues années engendre la révolte, la soif de la liberté ( Gilan)
Depuis cette triste époque jusqu’à ce jour, le martyrisé et inconsolable peuple congolais ne cesse de subir dans sa chair le poids des horreurs que la barbarie de la classe politique belge, de tous les temps, ne cesse d’engendrer.

La fable d’un Occident civilisé est aujourd’hui découverte par tout le monde. Nous connaissons donc que l’Occident a exporté dans le monde le colonialisme et le néo-colonialisme, la mise en place de dictatures impitoyables pour leurs peuples et dociles pour les multinationales, l’hostilité et la haine à l’égard des autres civilisations.
Ainsi les maîtres du monde sont devenus les démons du monde. Ils se sont faits démonisés eux-mêmes par leurs actes inhumains à l’égard d’autres peuples.
En conséquence, la légende entretenue par nos ancêtres selon laquelle l’homme blanc était un modèle parfait de la société cède sa place à la réalité, qui le présente comme un animal à visage humain, criminel et barbare. Désormais, il n’a droit ni au respect, ni à notre estime et considération. Si vous vous croisez avec un belge (français ou allemand) dans les rues de Kinshasa ou de Lubumbashi etc., vous lui rendrez un très bon service en crachant sur lui ou en le giflant. C’est ce sort qu’il mérite au regard de ce que font les occidentaux en RDC. Leurs média-mensonges sont devenus inéfficaces pour falsifier l’Histoire de l’humanité. Notre devoir est de rétablir la vérité.
.
La vérité est comme le soleil. Elle fait tout voir et ne se laisse pas regarder(Victor Hugo).

Suite à cette découverte, la Belgique génocidaire a laissé tomber son masque pour révéler le caractère hideux de son vrai visage. Seule la classe politique belge peut expliquer comment est –elle arrivée à un stade si élevé d’inhumanité et comment a-t-elle était crétinisée de la sorte.
Ainsi donc le peuple congolais a besoin de se libérer des intrigues, des manoeuvres sataniques et des tutelles étouffantes de la Belgique, de la même manière que le peuple belge a mis fin à la domination dont il était objet de la part de l’ancienne puissance coloniale, la Hollande.

Pour nous , le peuple congolais ne peut relever ce grand défi qu’en exploitant la politique du compter sur soi-même. La Belgique ne saurait être mélée , de près ou de loin, à la recherche d’une solution définitive au drame congolais, parce qu’elle en est la cause première. Sa petite stratégie archaïque d’ écoliers qui consiste à rendre la classe politique congolaise( qu’elle a fabriqué elle-même, en effet, c’est elle qui choisit le personnel politique qui dirige la RDC ) responsable de tout se qui se passe en RDC est connue même au cimetière.
Même les morts ne peuvent reposer en paix dans un pays opprimé (Fidel Castro ).
Donc la Belgique n’a plus par où se cacher.
Elle se présente comme le grand monstre à abattre à tout prix sur le sol de nos ancêtres, right now. Hier, c’est la Belgique qui s’était débarassée de la Hollande, aujourd’hui c’est son tour d’être jetée dans la poubelle de l’hisoire de la RDC.

En guise de rappel, l’opinion internationale sait que, c’est le congrès de Vienne de 1814- 1815 qui décida que la miniscule Belgique et la Hollande soient réunies en un seul Etat. C’est ainsi que la Belgique est passée sous la domination du roi hollandais Guillaume Ier. Ce fut ni par la volonté de belges, ni par celle des hollandais que la Belgique fut placée sous tutelle de la Hollande. Les deux pays n’avaient rien de commun. Ce sont les grandes puissances de l’époque, l’Angleterre en tête, qui avaient décidé ainsi.
Cependant pour de raisons que nous ne connaissons pas, dans cette union, les belges étaient traités comme de citoyens de second rang. Nous pouvons tout simplement supposer que , c’est peut-être, parce que les hollandais avaient constaté, non sans regret, que leurs faux frères étaient de barbares dans tous les sens du terme, et qu’il fallait donc les traiter comme tels.
A ce stade, si l’on peut établir un petit parallélisme entre la cohabitation belgo-hollandaise et la cohabitation belgo-congolaise, il y a lieu d’observer que la cohabitation belgo-hollandaise était née d’une décision des grandes puissances de l’époque ou mieux de la communauté internationale, tandis que la cohabitation belgo-congolaise était le résultat du brigandage pratiqué en RDC par l’ un des plus grands criminels de l’humanité, à savoir Léopold II, avant la fameuse conférence de Berlin de 1885 au cours de laquelle les grands criminels internationaux se sont partagés l’Afrique , au nom de la barbarie.

Pour mettre fin à la domination hollandaise sur le territoire belge, le peuple belge ne s’était pas adressé à la communauté internationale, qui déjà, à cette époque était un club de grands criminels du monde. Cette réalité n’a pas changé aujourd’hui. Un drôle de constat.
Le peuple belge, connaissant parfaitement bien le décalage qui existe entre les bonnes intentions de la communauté internationale, lesquelles ressemblent à un chèque sans provision, et ce que fait réellement ladite communauté, n’est pas passé par la voie de négociations pour libérer son pays.
Très réaliste, le peuple belge utilisa la violence comme moyen de se libérer de la domination étrangère. Il prit les armes contre les hollandais et fut agréablement surpris de découvrir que la liberté se trouvait au bout du fusils. Chacun avait retrouvé son sourire aux lèvres d’antan.

Depuis le début de l’histoire jusqu’à ce jour, c’est ce moyen que les grands de ce monde utilisent pour défendre leurs intérêts. Une façon ou une autre de donner raison à Eva Peron qui déclara que “ la violence aux mains du peuple n’est pas la violence, mais la justice”.
Et la pauvreté que ces grandes puissances créent et entretiennent dans les pays sous leur domination est la pire des violences.
Les grandes puissances savent que dans certaines circonstances de la vie, la violence est le moyen le plus éfficace dans la défense des intérêts d’un peuple. C’est pour cette raison qu’elles prêchent l’évangile de la paix à leurs valets, se réservant, elles mêmes, le monopole de l’usage de la violence. Leur échec en Irak où plus de 31 pays coalisés se font ridiculiser militairement par un seul pays, démontre que la violence contre ceux qui violent le droit international est un très bon moyen de défense des intérêts de peuples dominés.

CONCRÈTEMENT COMMENT LA RÉVOLUTION DU PEUPLE BELGE S’ÉTAIT- ELLE PASSÉE?

Comme toute révolution, la révolution du peuple belge trouve ses origines dans les revendications politiques et sociales.
Politiquement, c’était un affront à la dignité du peuple belge d’être traité comme citoyens de second rang dans leur propre pays.
Sur le plan social, le chômage et la mauvaise récolte ne permettaient pas au citoyen moyen belge de faire face à la misère.

Profitant de cette misère du peuple, la bourgeoisie bruxelloise créa une milice pour protéger le peuple pendant les révoltes qui se préparaient contre l’occupant hollandais.

L’élement détonateur de la révolution du peuple belge fut la Muette de Portici, un opéra de Daniel-Français-Esprit Auber, qui met en scène une révolte du peuple de Nantes contre les Espagnols au xvii siècle. Il exalta les sentiments patriotiques.
En effet, en date du 25 août 1830 eut lieu au théâtre de la Monnaie, à l’occasion des 59 ans d’âge du Roi Guillaume 1er, la représentation de la Muette de Portici. La sale était bondée de monde. L’acte 2 qui parla de
“ l’Amour sacré de la patrie” intéressa beaucoup le public bruxellois.
Dans le 3eme acte Nazarello, au son du tocsin, brandit une hache et chante :
“ Courons à la vengeance!
Des armes, des flambeaux!
Et que notre vaillance,
Mette un terme à nos maux”.

Immédiatement après avoir assisté à cette représentation théâtrale, les belges coururent dans les rues et se dirigèrent tous vers les bureaux du journal pro-hollandais (Digitalcongo et l’ Avenir) de LIBRI BAGNANO, rédacteur principal du National, qui faisait la propagande du Roi Guillaume 1er contre les libéraux et les catholiques belges coalisés. L’établissement fut saccagé, tout comme les maisons du ministre de la Justice Van Mannen, du Directeur de la Police de Knyff et du Procureur du Roi Schuermans, tous partisans de la cour royale. Le peuple belge dont l’exemple va inspirer le peuple congolais, en avait assez de subir les vexations et les inégalités, l’injustice et l’impôt.. Ce sont ces émeutes qui mirent fin à la domination hollandaise sur le territoire belge.( Source : Temps d’Info, 1830-Indép. de la Belgique du 18/02/05).



COMMENT LE PEUPLE BELGE AVAIL-IL AFFRONTÉ LA REDOUTABLE ARMÉE HOLLANDAISE, LUI QUI N ‘ÉTAIT PAS ARMÉ COMME LA POPULATION AFFAMÉE ET DÉSÉSPÉRÉE DE KINSHASA D’AUJOURD’HUI ?


L'attaque du Parc par les Volontaires

Bientôt on apprit à Bruxelles que le prince Frédéric était arrivé à Anvers avec six bateaux à vapeur remplis de troupes et qu'il était venu camper à Vilvorde. Tout le pays se souleva aussitôt et de tous côtés, de Liège, de Wavre, de Jemmapes arrivèrent des troupes de volontaires armés de haches, de fourches, de fusils de chasse. Le lieutenant Pletinckx se mit à la tête des Bruxellois déterminés à défendre leur cité.

Le prince Frédéric marchait sur Bruxelles, à la tête de 10.300 hommes et 26 pièces de canon. La principale attaque devait être dirigée contre le haut de la ville où l'on voulait s'emparer du Parc. Du haut des tours de Sainte-Gudule on pouvait observer les mouvements de l'ennemi. Le 23 septembre, à deux heures du matin, Pletinckx entendit les chasseurs de la garde hollandaise sonner la diane. Quand il inspecta une dernière fois les postes, la ville était couverte de plus de cinq cent cinquante barricades.

A 8 heures du matin, les défenseurs de la barricade de la porte de Schaerbeek virent apparaître le corps principal des ennemis, deux bataillons de grenadiers, un bataillon de chasseurs de la garde et six bataillons d'infanterie avec douze pièces d'artillerie. Reçus par un feu très vif des volontaires, les Hollandais balayèrent toute la rue Royale par les décharges de leur batteries et vinrent s'établir dans le Parc tandis que les Volontaires se fortifiaient solidement derrière la grande barricade élevée à l'entrée de la place Royale, entre le café de l'Amitié et l'hôtel Belle-Vue. Le chef d'escadron Kramer voulut s'emparer de cette barricade. Mais un feu nourri partant des meurtrières, des fenêtres, des toits, fit échouer cette tentative. Kramer et presque tous ses hommes furent abattus par les tirailleurs qui occupaient les édifices voisins.


L'Union politique imaginée par les diplomates entre deux peuples qui n'avaient aucune sympathie l'un pour l'autre, se trouvait rompue de fait. Le sang avait coulé dans les rues de Bruxelles et les troupes hollandaises avaient été forcées de se retirer. Les désordres avaient duré deux jours……….. Les rues hérissées de barricades et les couleurs brabançonnes remplaçaient partout la cocarde orangistes, au cri de vive la liberté. Le roi Guillaume 1er put se souvenir alors que c'était son aïeul, le grand Taciturne, qui avait enseignés aux Belges la résistance contre les oppresseurs.
(Copyright (c), Volontaires de Bruxelles 1830 asbl, 2003 – 2004)


De ce qui précède, quelques observations s’imposent:

1.Pour libérer la Belgique de la domination étrangère, le peuple belge
n’avait pas besoin de navires et avions de guerre, de l’artillerie lourde et de longue portée, ni du matériel sophistiqué.
Son arme, par excellence, fut “ l’amour de sa patrie”, son courage de vaincre la peur, et sa farouche détermination d’être libre sur le sol de ses ancêtres et de gouverner lui-même son pays.

Rien au monde ne peut empêcher l’homme de se sentir né pour la liberté.
Jamais quoi qu’il advienne, il peut accepter la servitude ; car il pense ( Weil Simone).

2. Sans l’unité de toutes les filles et tous les fils du pays, l’on ne peut rien faire contre l’ennemi commun du peuple( la Belgique).
Le peuple belge avait mis de côté ses divergences internes qui opposaient les belges entr’eux, pour constituer un front unique contre l’occupant hollandais.

3. Pour relever un grand défi comme la libération du pays des mains des étrangers, le peuple congolais doit avoir confiance en lui-même. Le peuple belge n’avait pas placé sa confiance en la communauté internationale ou pire encore à la Hollande pour se libérer de cette dernière. L’expérience a démontré que les intérêts de la communauté internationale se confond souvent avec ceux du bourreau. D’où l’hypocrisie de cette dernière dans la recherche d’une solution appropriée au drame du peuple dominé et exploité.
Le comportement diabolique de William Swing et de tous les membres du CIAT dans le drame congolais est une illustration parfaite.
C’est pour cette raison que le peuple belge avait ignoré la communauté internationale pour se libérer de la domination hollandaise.

Or pour le cas de la RDC, certains retardataires congolais,ignares de naissance, continuent encore à faire confiance à la Belgique( l’enfer de la RDC) et à la communauté internationale pour libérer notre pays des mains des barbares belges et de démons de la communauté internationale. Ces congolais doivent être des inciviques au sens plein du terme. Le moment venu, ils passeront par l’épreuve du pneu au cou , chère aux Zoulous d’Afrique du Sud.

4. Agir immédiatement et non attendre demain.
Le peuple belge avait compris qu’il devait agir en ce moment là et non dans le futur.Enfin, le peuple belge était réaliste et non illusionniste.
Qui sème ( ou entretient )l’illusion récolte la souffrance ( Gal Elie).
Grâce donc à ce réalisme, il a mis fin à la domination étrangère sur le sol de ses ancêtres, mais étant foncièrement mauvais, il décida de se venger contre les congolais, rwandais et burundais.

L’on retiendra ici que la pratique du pillage des maisons et biens de traîtres à la cause nationale et l’érection des barricades( plus de 1000 pour la ville de Kinshasa par exemple) constitue une stratégie de combat qui a souvent donné de bons résultats. Les barricades empêchent à l’escadron de la mort de circuler avec les chars et les véhicules de combat dans les rues de la ville. Et à pieds,l’ennemi ne va pas résister et sera incapable de s’imposer sur le terrain. Une guérilla urbaine bien organisée démontre les limites d’une guerre conventionnelle, chère aux occidentaux.

J’ose espérer que les congolais ont pris bonne note, surtout qu’à l’Udps le réalisme commence à gagner du terrain dans la mesure où l’on fait déjà allusion au principe de légitime défense ( bravo au président du parlement du peuple Valentin Mukabe). Il faut que le réalisme l’emporte sur les illusions. Lorsque le peuple demande des armes, il faut les lui donner. La liberté, dans le contexte actuel, se trouve au bout du fusils. C’est ce que les grands de ce monde ou mieux les démons de ce monde viennent de nous apprendre.

L’histoire du peuple congolais est plus dramatique que celui du peuple belge. Elle est faite de génocides à répétition, des mains coupées , d’une permanente indescriptible misère, d’humiliation et de frustration et demain, l’on ne sait jamais, chacun pourra se retrouver avec un cadena à la bouche et un nez écrasé etc.., que le peuple belge n’avait pas connu. Ce qui devrait lui permettre d’être plus déterminé et plus agressif dans sa soif de liberté.
Nul ne peut atteindre l’aube sans passer par le chemin de la nuit (Khalil Gibran).

Quand on veut on peut, quand on peut on doit a dit Napoléon.
Le peuple congolais doit savoir que son salut ne viendra pas de “ mindélés, de muzungu”. Il doit combattre la persistence du mythe de la supériorité ou de l’infériorité liée à la couleur de la peau.
Le peuple congolais doit s’engager dès à présent, corps et âme, dans la lutte armée afin de libérer son pays de la domination belge et obliger ainsi Hypollite Kanambe de rentrer au Rwanda, d’où il est venu. La RDc n’a pas besoin d’un “ idiot” à la tête du pays.

Si vous avez l’impression que vous êtes trop petit pour changer quelque chose, assayez de dormir avec un moustique… et vous verrez lequel de deux empêche l’autre de dormir ( Le Dalai Lama).

Le peuple congolais est capable de tout sur le sol de ses ancêtres.
Mais son problème majeur se pose au niveau de la compréhension de la situation réelle du pays.
En fait, plusieurs congolais continuent encore de croire aujourd’hui que la Belgique et la communauté internationale sont entrain de travailler pour le bien de congolais. C’est archi- faux, elles sont en RDC pour leurs propres intérêts. Et pour défendre leurs intérêts, elles sacrifient les intérêts de congolais en perpétrant de génocides et en pillant les richesses du sol et sous-sol congolais. C’est pour cette raison qu’elles ont placé à la tête du pays un mercenaire étranger, un vrai idiot au carre, pour empêcher le peuple congolais de défendre ses intérêts. Elles ne peuvent pas placer un vrai nationaliste, un homme intelligent à la tête du pays. Or , si réellement nous reconnaissons que notre pays est indépendant, nous ne pouvons tolérer qu’elles nous imposent un président de la RDC ou tout autre personnel politique.
Elles le font parce que nous le voulons par notre passivité.
La mission de Kanambe, comme celle qui était confiée à Mobutu, est d’aider la Belgique et la communauté internationale de bien piller les richesses du sol et sous-sol congolais, et de perpétrer un autre génocide dans le cas où le peuple congolais s’opposait au pillage.
C’est la Belgique et la communauté internationale qui ont fabriqué les milices qui opèrent dans l’Est du pays, de la même manière qu’elles ont fabriqué le PPRD, le MLC, le RCD et d’autres partis alimentaires qui opèrent en RDC, mais les militants de ces partis ne savent pas cela.
C’est ce qui explique le fait que les casques bleus ne peuvent pas immédiatement remporter une victoire militaire sur les milices de l’Est du pays car, c’est une vaste comédie dont le metteur en scène est Louis Michel, tandis William Swing est le Directeur artistique.

Tant que cette triste réalité ne sera pas comprise, la Belgique et la communauté internationale continueront toujours à gouverner la RDC, à la place de congolais.

Personne ne peut vous diminuez sans que vous consentiez( Aleanor Roosevelt).
Le peuple congolais, de par sa passivité et par la trahison de certains congolais, a une grande responsabilité dans la continuité de la domination belge en RDC.
Comme qui dirait, les épines que j’ai recueillies viennent de l’arbre que j’ai planté ( La Rochefoucault)
Il y a un proverbe congolais qui dit que “ Si une rangée de fourmis traverse une rivière, c’est qu’elles ont trouvé un bois mort tombé au travers de la rivière”. Pensez-y bien.

Avant de conclure, nous allons parler brièvement de “ l’Evangile du mal et de mensonges électoraux qui sont en cours en ce moment précis au pays.

ÉVANGILE DU MAL ET MENSONGES ÉLECTORAUX : l’arme de la Belgique, de la communauté internationale et de leurs valets locaux contre les concertations politiques réclamées par les nationalistes congolais:


A. DE L’ ÉVANGILE DU MAL :


Ce qui commence dans le mal s’affermit par le mal ( William Shakespeare).
En ce moment précis, l’Evangile du mal se traduit par l’hypocrisie d’encourager les congolais d’aller voter en date du 29 juillet 2006( pour que la RDC devienne un pays développé comme le Canada, disent-ils,en se frottant les sourcils).
Les prédicateurs de cette évangile du mal reprennent en coeur la chanson composée, pour la circonstance, par la communauté internationale, intitulée” la transition a trop duré,le peuple congolais veut aller aux élections sans négociations, nous en avons assez des turpitudes de la classe politique congolaise”.Lancée depuis les couloirs du conseil de sécurité des nations unies à New York,cette chanson a valeur de parole d’Evangile dans les relations internationales.
Les principaux versets de l’évangile du mal disent exactement ceci:

- Verset 1: Elections ou rien et la date du 29 juillet
2006 n’est pas négociable;
- Verset 2: La communauté internationale a dépensé pas mal d’argent dans le processus électoral congolais;
-Verset 3: La communauté internationale va abandonner la RDC si les élections n’ont pas lieu à la date fixée par Malu-Malu;
-Verset 4:Tout le monde doit accepter(comme de moutons) le résultat des élections;
-Verset 5 : Il est strictement interdit de parler de la congolité( car Kanambe est rwandais);
-Verset 6 : Kanambe sera proclamé vainqueur dès le premier tour( car il n’a pas la capacité de tenir un débat contradictoire au second tour pour n’avoir jamais été à l’université dans sa vie. Son titre académique est “ ancien enfant soldat rwandais”).
-Verset 7:Sa majesté Kanambe( premier et dernier)constitue un espoir pour les congolais( dans la mesure où ce verset est un symptôme de déficience mentale de son auteur;quand un fou paraît tout à fait raisonnable, il est grandement temps, croyez-moi, de lui mettre la camisole(Poe Edgar); Les cons, ça ose tout,c’est même à ça qu’on les reconnaît ( Michel Audard).

Quelle manière de chosifier, d’animaliser, d’humilier tout un peuple qui est supposé être souverain sur le sol de ses ancêtres?

Donc même nos sujets de conversation en famille et en privée doivent nous être dictés par la classe politique belge et la communauté internationale?
D’ici peu elles vont nous interdire de rire dans les rues de grandes villes du pays! Et à l’allure où vont les choses, elles vont réglementer le nombre de fois par jour qu’un congolais peut aller à la toilette. C’est de la folie de grandeur. Elles le sont réellement.

C’est comme si c’est par la volonté de congolais qu’il n’y a plus eu d’élections en RDC depuis le coup d’état de Mobutu du 24/11/1965; et que c’est cette absence d’élections qui est la cause principale du drame congolais?

Non, le drame congolais trouve ses origines dans la barbarie de la classe politique belge et la démence de membres de la communauté internationale.

Pire encore, plusieurs personnalités congolaises ( dont certaines sont de pions du service secret belge, tel que Olivier Kamitatu, le futur premier ministre du prochain gouvernement de Louis Michel),recitent par coeur les versets de cette évangile du mal et en assure une très large diffusion.
NB. Olivier Kamitatu était une taupe dans le MLC. Il servait de courroie de transmission de secrets du MLC à Louis Michel( service secret belge). Il était un faux militant du MLC.Pour avoir accompli sa mission,il lui est promis le poste de premier ministre. Il n’est pas nationaliste. C’est un grand traître au service du service secret belge. Il en est de même de Mrg. Marini,Malu Malu,Vital Kamerhe, Ruberwa, Kanga Bongo etc…
Pour en savoir plus, naviguez très régulièrement sur
www.intelligenceonline.fr et www.africaintelligence.fr

L’ascension fulgurante sur la scène politique congolaise de certains congolais est dûe, non à cause de leur capacité intellectuelle, mais surtout au travail d’informateur (trahison)qu’ils font pour le compte du service secret belge. C’est sur base des informations qu’ils fournissent que sont éliminés physiquement leurs propres compatriotes qu’ils disent représenter au parlement.
Comment peut-on représenter au parlement un compatriote que l’on va envoyer demain au cimetière ?
Vous les reconnaîtrez par leur arrogance. Pensez à l’arrogance de Kanambe, Malu Malu, Marini, Vital Kamerhe,Olivier Kamitatu etc… qui peut provoquer une crise de trombose.

C’est la problématique de la face cachée de l’exercice du pouvoir( du sang) en RDC. Il faut avoir des mains colorées du sang des autres pour avoir un poste de responsabilité. C’est ce genre de politique satanique que la classe politique belge exploite en RDC depuis 1885.

Mais les traîtres doivent penser aux conséquences de leur trahison sur le sort des 60 millions des congolais, à qui la classe politique belge et la communauté internationale dénient le droit à l’existence en tant qu’être humain sur le sol de leurs ancêtres.

Qui dans ce monde a déjà guéri le mal par le mal?
Que les traîtres pensent aux conséquences de cette évangile du mal.

Rien n’est jamais sans conséquence, en conséquence, rien n’est jamais gratuit( Confucius).
Il est clair que cette trahison ne restera pas impunie.


NOTRE RÉPLIQUE AUX PRÉDICATEURS DE L’ÉVANGILE DU MAL :


Quoi que fassent ceux qui règnent chez eux par la violence et hors de chez eux par la menace, quoi que fassent ceux qui se croient les maîtres des peuples et qui ne sont que les tyrans des consciences, l'homme qui lutte pour la justice et la vérité trouvera toujours le moyen d'accomplir son devoir tout entier. La toute-puissance du mal n'a jamais abouti qu'à des efforts inutiles. La pensée échappe toujours à qui tente de l'étouffer ( Victor Hugo, Les Châtiments, préface de 1853).

'Les droits de l'Homme sont universels parce que tous les êtres humains ont des droits fondamentaux que l'on ne peut nier sous peine de nier l'humanité elle-même. Partout, on doit respecter l'intégrité de la personne humaine, partout, les êtres humains ont le droit de ne pas être torturés, tués, mutilés, de ne pas être réduits en esclavage, de recevoir des soins, d'avoir accès à l'éducation, à la culture, partout, les êtres humains doivent pouvoir penser et s'exprimer librement...' (Robert Badinter, entrevue à propos du 50e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, 1998, Paris).

Vous ressemblez à des sépulcres blanchis. Au-dehors, ils paraissent beaux; au-dedans, ils sont pleins d'ossements, de cadavres et de toute sorte de pourriture. Vous de même, vous paraissez justes; au-dedans, vous êtes pleins d'hypocrisie et d'iniquité.
[ Matthieu, XXIII, 27-28 ]

B. DES MENSONGES ÉLECTORAUX: campagne électorale:c’est
de l’argent volé dans les caisses de l’Etat et jeté à l’eau par Kanambe et ses acolytes.

Une erreur ne devient pas une vérité parce qu’elle est partagée par beaucoup de gens, tout comme une vérité n’est pas fausse parce qu’elle est émise par un seul individu(Gandhi).
La mascarade électorale ne changera rien dans la vie de congolais.
Néanmoins, elle aura le mérite de confirmer au monde, ce que le président de la RDC, Louis Michel,répète avec insistance à la communauté internationale,que le peuple congolais est le peuple le plus idiot de l’univers pour avoir accepté de participer à une comédie électorale dont le but est de l’humilier advantage et de bien serrer la corde qu’il a au cou depuis plus d’un siècle.
Ce qui est regrettable ,c’est le fait que le triomphe des démagogies est passagère, mais les ruines sont éternelles.
Les congolais doivent regarder la réalité en face: il n’y a pas d’argent pour payer les salaires des médecins et infirmières du pays, les agents et fonctionnaires de l’Etat,pas d’argent pour réhabiliter la bourse d’étudiants…
D’où vient donc cet argent que le rwandais Kanambe et ses acolytes sont entrain de jeter à l’eau pendant la campagne élctorale louis-micheline? C’est depuis janvier 2001 que le rwandais Kanambe expédie les affaires courantes dans le gouvernement de Louis-Michel,ce n’est que maintenant qu’il sait que les congolais veulent une solution appropriée à leurs problèmes socio-économiques? Mais quel type de peuple avons-nous en RDC pour tolérer l’intolérable?
Kanambe est entrain de marcher au-dessus de nos têtes.
Qui sommes-nous finalement?
Si réellement les congolais sont mécotents de leur misère galopante et généralisée, pourquoi doivent-ils participer à la mascarade électorale qui va les humulier davantage?
Quand on ne sait pas où l’on va, tous les chemins mènent à nulle part ( Henry Kissenger).
En conclusion,nous exprimons le souhait de voir le peuple congolais suivre le bel exemple du peuple belge dans la libération du pays de la domination de la classe politique belge.
Pour ce faire, l’unité de toutes les filles et de tous les fils du pays est la clé de réussite de toute stratégie qui sera mise sur pied. Le temps presse.
“ Traversez la rivière en masse et vous n’aurez rien à craindre”( Joseph Ki-Zerbo).
L’unité de la diaspora peut s’effectuer dans l’esprit des propositions du Dr. Mpuila de l’Udps contenues dans son message du 28 juin 2006/Benelux, aux responsables politiques de l’association de l’udps. Il faut qu’il y ait un organe mondial de la diaspora congolaise qui canalisera toutes les énergies des congolais de l’étranger afin d’appuyer les actions des nationalistes congolais qui sont sur le terrain.
La création du Front pour la Défence du Congo est un pas important.Il reste à se mettre d’accord sur le moyen de libérer concrètement le pays( la force ou la non-violence/ l’illusion)? Toute autre rhétorique serait une excuse masquant notre incapacité de libérer la mère patrie.
Qui veut du miel doit avoir le courage d’affronter les abeilles, dit un proverbe africain.
Nous ne devons pas attendre que la crise de notre société
atteigne un point de non retour( que Kanambe soit proclamé vainqueur du scrutin louis-michelin). Nous devons agir!Chaque personne peut agir. Si chacun fait la part qui lui revient, aussi modeste soit-elle, nous pouvons tous ensemble arriver à faire ce qui est nécessaire( Michaël
Gorbachev).
Ainsi donc peuple congolais” soulève ta charge jusqu’au genou, on t’aidera à la mettre sur la tête”( proverbe congolais). Autrement dit, nous devons d’abord chasser notre bourreau(la Belgique)du territoire national(rompre
totalement avec elle)et la même communauté internationale
sera devant un fait accompli: elle prendra acte de la nouvelle donne politique et reconnaîtra les nouvelles autorités nationalistes de la RDC, qui vont se tourner vers l’Asie et vers les pays scandinaves pour la reconstruction du pays. Il n’est plus question de traiter avec nos bourreaux(Belgique, France, Allemagne, Usa, Portugal)comme l’avait dit mon ami hier dans son recent article.

Lambert Mpanzu-Nkula (
lambertmpanzunkula5@hotmail.com)
New Delhi (Inde).