L’état de choc sur l’expulsion de congolais vivant en Angola me pousse à apporter ma petite contribution en terme d’analyse synthétique et claire destinée à toute sorte de public. Cet évènement réel et souhaité par nos voisins est produit par une conjonction des facteurs « planification organisée » dans l’intérêt d’exterminer le peuple congolais. Se répétant Plusieurs fois et dans les mêmes circonstances depuis l’accession miraculeuse au pouvoir d’un certain caporale de l’armée Rwandaise au Congo. C’est ne pas la première fois que l’intolérance du gouvernement de Luanda dirigé par Le Premier Ministre Fernando Dias Dos Santos Alias « Nando », dans sa vision de ne voir se réaliser que l’efficacité économique optimale conduit toujours au pire et pourtant c’est tout à fait contradictoire au principe de bon voisinage.

                    A l’heure actuelle ou le Monde occidental tant à la globalisation et l’uniformatisation des contextes industriels ; la technique, la finance, la stratégie, le personnel, dans un but de faire face à la concurrence féroce et à la compétitivité pour répondre aux exigences de ce que l’on appel actuellement la « mondialisation », l’Afrique centrale passe tout son temps dans les luttes fratricides, les querelles inutiles , les comportements opportunistes, les violences physiques et sexuelles, les meurtres sordides, la corruption  généralisée et la danse au tour de la lune et, toute autre forme des antivaleurs, à tout le niveau de la société. Sans pour autant tenir compte de l’évolution et la conséquence que cela engendre en réputation et en relations bilatérale et interpersonnelles. Que serions-nous le lendemain ? Quelle forme de sociétés demain ? Personne ne s’en préoccupe car mangeons, buvons, demain nous mourons !

                    Le souci du respect de textes et de la notion du bien-être c’est pour Taylor, Adam Smith et Karl Marx son frère. Nous, nous n’avons aucune leçon à tirer là dessus si ce n’est que l’individualisme et le souci du ventre. Nul n’ignore que l’histoire nous précède, accompagne et nous suive dans l’avenir, il n y a rien de nouveau qui n’ait pas existé.

                   A l’arrivée des explorateurs portugais en 1482, le Royaume Bantous s’étendait de l’actuel Angola jusqu’au Gabon, peu avant la traite négrière. Les missionnaires Franciscains accompagnés des artisans portugais avaient pour objectif ; d’ouvrir l’Afrique à la civilisation occidentale, d’évangéliser et d’explorer l’Afrique, la mise en œuvre d’un tel plan d’action créa des pôles d’échanges commerciaux avec les population bantoues. Cfr. l’histoire du monde (universita catolica portuguesa) à Lisbonne. Donc les conflits sociaux de ce genre sont victimes de la conférence de Berlin de 1885 dans son imposition des frontières artificielles, j’attends par ici non « naturelle ».

                    C’est pourquoi, les grands hommes avisés comme Etienne Tshisekedi wa Mulumba et l’Udps, avait compris ces choses et toute sa lutte est basée sur le panafricanisme et tire également ses fondements sur nos valeurs naturelles et nos identités culturelles,léguées par nos ancêtres. Raison pour laquelle il est mal compris par beaucoup des gens, et moi qui vous présente ce texte je viens d’avoir un cours ici à l’université Catholique de Louvain traitant cette matière dans toute sa rigueur par le professeur Mathieu –de- Nanteuil Miribel à Louvain-La-Neuve janvier 2007.Nous peuple d’Afrique subsaharienne n’avons pas droit à l’exclusion et la division, quand est-ce que nous constituerons aussi une force à la table de négociation avec d’autres puissances ? L’on ne devient partenaire que quand l’on a la même force de pouvoir de négociation. «la notion d’équilibre » L’Angola partage 2000km de frontière terrestre avec  la RDC et n’a que 10.000.000 millions d’habitant, ce genre de comportements sont intolérables.

                     L’on se doit de savoir au moins  une chose, tant que deux peuple se rapprochent, ce qu’il existe toujours des valeurs communes et rien ne fera scandale à leur cohabitation. Considérons toujours la lignée du royaume bantous à  partir du Roi Nzinga N’kuvu, Ilunga Mbidi, Bemba à Ndola (Zambia), Ilunga Tshibinda (luba) l’ancêtre d’actuel Roi Mwant A Yav  nawedji de l’empire Lunda, ce dernier est l’unique Congolais respecté en Angola parce qu’il siège à la fois au gouvernement de Luanda et de Kinshasa car son empire d’étend au-delà de frontière artificielle de 1885 issue de la conférence de Berlin. Lui au moins on ne peu pas l’expulser de l’Angola et pourtant il réside au Congo et il est Congolais  à 100% et sa fille est La Reine de Katchokwe- lamba  lieto, donc peuple Tchokwe de l’Angola qui couvre 4 provinces au Nord du pays, 2 Lundas, Saurimo, Moxico là où le corps du Docteur Jonas Savimbi fut exposé en 2002.

Les Kimbundu de la Province de Malange (Angolais) avaient participé à la construction de la ville de Kananga en 1902 et y sont restés jusqu’à ce jour, Nous les appelons Bimbadi , résidant sur la voie commerciale reliant la ville de Kananga à celle de Tshikapa ; entre Bulungu et Katalayi.Ils sont à l’origine du nom (Kananga Malange) abusivement prononcé par le luba ( Malandji) ou Kananga malandji, les angolais avait baptisaient ce nom en terme de ressemblance entre la ville de Kananga et celle de Malange en Angola donc 95% de ressemblance si vous regardez la vue aérienne, donc une sorte de (copie coller).

La guerre d’Angola a fait 35 ans, au moins  30% de la population Angolaise avaient immigré en Rdc et y réside jusqu’à ce jour sans aucune inquiètude.

                    Mon indignation me pousse parfois à m’interroger sur des points bien précis. Quelles sont les  causes de la difficulté à pouvoir immigrer en Angola ? Et comment faire pour sortir du marasme ? Il faut s’accorder un peu de temps dans le suivi du dossier et essayer de proposer certaines pistes stratégiques à nos acteurs politiques s’ils en existent, sur ce « qu’il ne peuvent pas faire » Ce mouvement migratoire vers l’Angola est une réalité à ne pas masquer, la cause principale est liée au Congo démocratique qui ne sort pas de son profond déclin, que  Mobutu et la suite ont causé à ce pays. Le manque d’investissement de base devant absorbé la population active à l’emploi, les chiffres record du chômage et d’inactivité d’une grande partie de la population active, surtout les hommes. Le taux d’analphabétisme anormal. Donc  la Rdc est obligée de se relever afin d’encadrer son peuple, c’est la raison fondamentale et le but poursuivi par l’Udps d’Etienne Tshisekedi.

                      Au lieu de laisser la population errées çà et là, en se débrouillant en tâtons. Vous trouverez des Pères et des Mères de famille, séparés de leurs conjoints respectifs et de leurs enfants, les enfants à leur tour séparés de leurs parents et devenu des véritables rebelles, pendant plusieurs années, à la recherche du bonheur et le souci d’échapper à la pauvreté que Mobutu et toute la suite à imposer au pays depuis son accession à l’indépendance.

                   Plonger dans l’exploitation de diamant artisanale par de moyen de production rudimentaire, souvent des travaux trop pénibles et trop risqués, cantonnées dans de carrières dans différentes provinces ; de Lundas, Saurimo, Bié, Kuito et Malange etc… Subissant de traitements humiliants et inhumains surtout des femmes, bousculer vers l’expulsion massive et croisent en chemin leurs adversaires (principalement des militaires en complicité avec les populations locales Tchokwe jalouses du succès économique du peuple congolais).qui changent de fois la face en pareille circonstance de sorte, que  ce bonheur tourne en malheur, en perdant tout ce que l’on as produit pendant des années sans voir sa famille,se soldant par des morts, massacre, blessures et coup volontaires, emprisonnement et  des violations graves de droit de l’homme.

                    Que va- t-on faire maintenant ? si l’on reste qu’à la dénonciation des scandales, Quelle est la responsabilité du gouvernement frauduleux de Kinshasa face à cette situation ? Si les déclarations d’hier du ministre de l’intérieur Denis Kalume sur la radio okapi.net dont je me réserve de le reprendre telle quelle «je vais prendre contact avec mon homologue Angolais pour essayer de trouver le mécanisme les plus humanitaires possibles pour accueillir nos compatriotes » Je crois en mon niveau qu’un responsable politique doit avoir un minimum de rigueur dans l’usage de vocabulaire institutionnel, cette déclaration n’a pas un atome de crédibilité. L’insuffisance structurelle des règles applicables aux accords de coopération et le manque de pouvoir de négociation y sont manifestes. Comment peut –on faire confiance à quelqu’un que l’on ne connaît pas ses origines, dans un monde qui nous échappe, si ce n’est en se fiant à une image ? Le gros problèmes, c’est qu’il n’y a plus de mandataires publics, aujourd’hui en Rdc, qui ont un véritable Charisme, qui incarne le pouvoir, la puissance, qui soit rassurant, c’est la conséquence d’une créature de politique, arrivé au sommet avant d’avoir fait ses preuves. Si « tout le monde savait».L’Udps n’est pas là pour user de sa grande diplomatie en faveur des gens moins reconnaissants. L’Afrique aujourd’hui a besoin de solidarité entre les membres pour améliorer notre situation, Si vous ne nous reconnaissez pas allez y même chez Abdoulaye wade au Sénégal pour  apprendre un peu de politique. Encore moins consultez le Professeur Théophile Bemba ou le chef rebelle Jean Pierre Bemba, ils en savent quelque chose sur le dossier Angolais.

Tenez Bon L’Udps Vaincra !

Par Kayembe Tshipamba jean P./ Udps wallonie/Belux.

Contact : jean.kayembe@student.uclouvain.be

                j-kayembe@caramail.com