Un jour néanmoins, Remigius Kintu, un opposant à Museveni, nous confia qu’il était imprudent de n’accorder aucun intérêt à ce
projet simplement parce qu’il semblait surréaliste et même grossier. Il souligna plutôt qu’il n’était pas si stupide qu’on l’imaginait. II nous confia alors un rapport rédigé par son mouvement politique, l’Uganda Democratic Coalition (UDC), portant sur un « Plan de colonisation Tutsi de la région du Kivu et autres régions d’ Afrique Centrale ». Déjà troublant par son titre, ce plan l’est encore plus à la lecture de son contenu:

«  Nous sommes une minorité dans la région du Kivu mais nous avons pu conserver le pouvoir aux élections de 1960 en profitant de la naïveté des Bantous. Cependant, notre habileté ayant été découverte   par   la    suite   par   les   Congolais   “tous   les   Tutsi de quelque  région qu’ils  soient  doivent  mettre en œuvre le plan suivant et contribuer à sa diffusion auprès de tous les autres tutsi,
particulièrement ceux de la région des Volcans”.

1.    Tous les Tutsi doivent savoir que les Hutu sont apparentés aux Congolais et que notre plan de colonisation doit s’appliquer aux deux groupes;

2.    Tous les Tutsi doivent connaître parfaitement les méthodes utilisées des avec succès pour conquérir le Rwanda et les appliquer aux Congolais et aux autres groupes ethniques qui les entourent. II faut procéder progressivement, avec méthode, et ne pas verser dans la précipitation, ce qui pourrait évoquer le spectre du Grand Conquérant Rwabugiri, notre Héro national;

3.    Tous les intellectuels tutsi doivent avoir pour objectif premier LE contrôle de davantage de districts car tout le monde est en effet conscient de l’importance qu’il y a 0 contrôler les centres locaux de l’autorité politique afin de répandre des idées politiques auprès de populaces ignares;

4.    Tous les intellectuels tutsi doivent se lier d’amitié avec l’administration congolaise et se familiariser avec la machine bureaucratique, afin de se préparer ainsi à une prise de pouvoir
laquelle ils devront jouer un rôle et, en fin de compte, diriger l’administration;

5.    Puisque nous ne pouvons pas prendre la place des représentants hutu qui viennent d’être élus et mettre nos propres gens à leur place, lions-nous d’amitié avec eux. Nous devons les conquérir en leur offrant des cadeaux, notamment des alcools qui nous permettront de leur arracher des secrets. Offrons leurs nos femmes et, si nécessaire, n’hésitions pas à nous marier avec eux. Ils ne pourront pas résister à l’angélique beauté de nos filles.

6.    Lorsque nous aurons contrôlé tous les postes importants, nous devrons éliminer tous nos ennemis bantous, notamment les bahutu.

7.    Pour ce qui est de la conquête des Hutu, il faut recourir au pacte du sang auquel ils croient naïvement. Cela n’a-t-il pas marche plusieurs fois sans impunité?

8.    Profitez  de  la crédulité des élites hutu et servez-vous d’ elles pour   promouvoir   nos   intérêts   et   paraître  crédibles  lors   des campagnes électorales. Dès que les campagnes électorales sont finies, trompez-les pour montrer leur inefficacité ;

9.    Tous les fonctionnaires tutsi doivent recourir à la terreur pour se faire respecter et avoir de 1’autorité sur la populace hutu ignare.

10.  Grâce aux fonctionnaires que nous avons sous notre contrôle, nous devons ridiculiser les Bantous ignares et les traiter de prétentieux; nombre de membres de l’élite hutu nous aideront à éliminer leurs camarades, car les Hutu ne se souciaient aucunement du sort de leur prochain;

11.  Toutes les fois que nous constatons que les Hutu se souciaient du sort de leur prochain, nous devons effacer cet état d’esprit en divisant ceux qui en sont partisans: nous devons diviser pour régner;

12.  Nous devons complètement maîtriser tous les membres des autres groupes ethniques que nous avons réussi à contrôler notamment les fermiers hutu et les faire agir dans notre intérêt;

13.  Tous les Tutsi doivent savoir que tout Hutu est né pour être un serviteur et qu’aucun Hutu ne doit jamais devenir un leader. Les Hutu ne doivent pas être au courant de ce principe avant qu’il ne soit trop tard pour eux. Il faut progressivement prendre le contrôle de toutes les positions-clef de l’administration et, finalement, placer dans chaque district un chef qui protège nos intérêts ;

14. Tous les Tutsi doivent recourir à tous moyens possibles pour amener tous les fonctionnaires hutu à avoir un complexe d’infériorité;

15.  Tout Hutu qui se soucie du sort de son prochain doit être mis à l’écart et ne doit pas être en contact avec la population;

16. Nous rappelons à tous les jeunes tutsi qu’ils doivent rejoindre l’A.J.I.R., car si nous ne réussissons pas par la ruse, nous devrons recourir à la violence. Les jeunes Tutsi doivent aider les fonctionnaires tutsi, recourir à la terreur et exploiter les informations recueillies par nos espions et nos informateurs.

17.  Pendant   les périodes  difficiles, nous devons convaincre les Hutu  de  soutenir  le  gouvernement de Jean Miruho, dans lequel  nous     avions    deux    ministres,  car    1’effondrement   de    ce gouvernement signifierait notre propre perte. Ne savez-vous pas que Miruho est des nôtres?

18. Nous devons lutter contre les Wandandes et les Hutu qui s’opposent à Jean Miruho en nous servant des Hutu naïfs. Profitons de cette cupidité des Hutu. Offrons-leur de l’alcool et de l’argent. Ne regardons pas ce que nous dépensons car nous avons suffisamment d’argent. »

Ce texte est tirée dans le livre de Charles ONANA