Des combattants congolais de Lyon en France ont manifesté à l’université catholique de cette ville dans une salle où l’abbé Apollinaire Malu Malu soutenait une thèse. Au cri de « Malu Malu assassin, Malu Malu tricheur… », Ces combattants ont ainsi perturbé la séance académique.

C’est ce qui apparaît dans une vidéo postée le 24 mai 2013 sur le site nouslescombattants.com.

L’abbé Malu Malu est un des personnages qui ont contribué à l’enracinement de la dictature en RD Congo, grâce à la manipulation des résultats électoraux en 2006, avec entre autre appui, la société belge ZETES dont la fiabilité des kits était suspecte. À l’époque, l’opinion congolaise n’était pas encore suffisamment informée. L’asbl APRODEC de Belgique est d’ailleurs en procès avec cette société pour ces magouilles.

En venant en Europe pour une telle cérémonie, l’abbé Malu Malu n’avait peut-être pas encore compris que les Congolais vivant à l’étranger se sont radicalisés face la tricherie et à l’imposture au pays. Cela  a atteint un point de non-retour.

Musiciens griots, politiciens de pacotille et leurs proches, tous sont frappés d’un embargo de fait. Quelle ville occidentale n’a pas un groupe de combattants ?

Avec les facilités de transports, ajouter à cela l’explosion de la communication numérique, en moins de 24 heures, des combattants habitant à mille kilomètres de distance peuvent se retrouver pour une action patriotique, puis chacun rentrer chez soi en fin de journée.

Est-il prudent pour les kabilistes de réveiller le chat qui dort en allant se pavaner en Europe ?

La solution ?

Oeuvrer dans le sens des aspirations profondes de tout peuple, l’établissement  d’un état de droit. Malheureusement, jusqu’à ce jour, les signaux provenant de l’abbé Malu Malu c’est plus l’arrogance, l’entêtement voir le mépris. Quand on sème le vent, doit-on s’étonner de récolter la tempête ?

Bruxelles, le 25 mai 2013

Cheik FITA


Saddam KONGOLO KATOLO

UDPS/Belgique