L’UDPS continue à faire l’objet d’une traque de la part des services de sécurité. La dernière en date, est celle d’Essaie Bopongo, membre de la ligue des jeunes de l’Union pour la démocratie et le progrès social. C’est depuis le mois de mars dernier que ce jeune tshisekediste est recherché par les services de sécurité. Essaie Bopongo réside dans la commune de Bandalungwa.

Il est, d’après les témoignages des membres de sa famille recherché, pour avoir été parmi ces jeunes qui font la campagne d’Etienne Tshisekedi et l’UDPS. Plusieurs fois, les services ont eu à le visiter dans la résidence familiale. Hanté par la peur d’être arrêté, Bopongo a résolu de vivre dans la clandestinité, loin de sa famille. Il est introuvable, explique son épouse, qui a requit l’anonymat pour raison de sécurité. Sa famille ne l’a plus revu depuis le début du mois d’avril dernier. Celle-ci a collaboré sans succès avec la police national pour plus d’efficacité dans les recherches. L’avis de recherche lancé par la famille Bopongo et la police n’a pas permis de retrouver le jeune-homme. 

Sa famille demande à la police de multiplier des efforts dans les recherches pour retrouver Essaie. Les jeunes de l’UDPS sont les plus mélaminés en RD-Congo.
Leur drame, c’est de croire au combat de Tshisekedi. Il y a peu, le président de la Ligue des jeunes, Freddy Pindi lui-même avait été coffré pendant plusieurs semaines à la DEMIAP. Pendant la période des élections deux frères d’une même famille : Jean-Claude et Jean de Dieu Mukeba, avaient été enlevés, avant d’être gardés pendant des mois dans un lieu secret. Au jour d’aujourd’hui, beaucoup de jeunes de l’UDPS croupissent dans les installations de la prison centrale de Makala sans procès. La direction de l’UDPS avait fait remarquer que certains de ces jeunes de l’UDPS seraient même déjà morts suite aux sévisses. Cette situation est observable même dans les provinces, où des jeunes de l’UDPS sont coffrés sans être jugés. 
 
Un autre cas, d’un jeune qui se trouve dans la même situation que Bopongo. Le secrétaire national de l’UDPS, à la justice, l’homme en charge des dossiers des arrestations des combattants de l’UDPS, a indiqué que Damien Nalo Tabala, également de la ligue des jeunes de l’UDPS, chargé de la mobilisation à la cellule de Malueka, section de Ngaliema, fédération de la Lukunga est porté disparu depuis la période électorale. Et l’autre cas qui dérange, c’est celui de Marie-José Kabungama, arrêté dans le groupe de Diomi Ndongala. La difficulté de cette femme, Diomi refuse de parler au juge. Et tant que Diomi ne parlera pas, Marie-José Babungana demeurera à Makala, alors qu’elle n’a jamais été impliquée dans quelconque complot contre Kabila. Les ONG de défense de droit de l’homme avaient dénoncé ces traques, invitant par ailleurs les autorités de la République, à promouvoir la démocratie, la liberté d’expression et d’opinion.

Yves BUYA 

Kongolo Katolo
UDPS/Belgique