Duferco: la confrontation oriente l'enquête vers la France et le Congo
L’enquête devrait désormais se diriger vers un ancien cadre de la Française des Jeux, Daniel Sparza, l'homme qui a réalisé l'audit de la loterie nationale congolaise pour l'Etat congolais. C'est lui qui aurait présenté à Serge Kubla un projet de modernisation de cette société dont les résultats étaient loin d'atteindre le potentiel qu'on peut attendre d'un secteur très populaire au Congo. Pour les enquêteurs il faut maintenant vérifier la chronologie de ce dossier et comprendre quelle était la destination des montants financiers qui ont été versés à des intermédiaires, que ce soit en Europe ou au Congo.


La confrontation de ce mercredi après-midi entre Serge Kubla, Antonio Gozzi et Massimo Croci n’a pas duré plus d’une heure trente. Le temps pour les enquêteurs de vérifier la concordance des versions livrées par Serge Kubla et les deux dirigeants de Duferco. Une confrontation qui n'a donné lieu à aucune tension particulière. Mais il reste encore des zones d'ombres.

Le juge d'instruction, Michel Claise, a ensuite libéré Antonio Gozzi et Massimo Croci car désormais pour avancer dans son enquête il doit auditionner des personnes qui ne l'ont jamais été jusqu'à présent.

Le montage du volet "loteries" est désormais plus clair : c'est Sparza qui aurait proposé à Serge Kubla le dossier et c'est ce dernier qui l'aurait proposé ensuite à ses contacts chez Duferco. Antonio Gozzi aurait, à titre privé avec deux autres actionnaires, accepté de se lancer dans l'aventure congolaise.

Daniel Sparza, l'ancien cadre de la Française des Jeux détient donc une partie des informations pour recouper celles qui sont dans le dossier des enquêteurs. Mais c'est aussi au Congo qu'il faut interroger ceux qui ont négocié les accords entre la loterie nationale congolaise (la SONAL) et la SEJ, la société privée montée par Serge Kubla et Stephan De Witte avec l'argent d'Antonio Gozzi (et d'autres...).

Des sommes d’argent ont été versées à des Congolais lors de l'opération de prise de contrôle de la SONAL par la SEJ : des commissions à un intermédiaire pour les frais engagés (mise à disposition de voitures, gardes du corps, etc...) mais aussi des jetons de présence pour les dirigeants de la loterie. Parmi ceux-ci, Willy Makiashi l'administrateur délégué de la SONAL à l'époque, devenu aujourd'hui ministre dans l'actuel gouvernement congolais.

Pour entendre toutes ces personnes, le juge Claise devra demander l'envoi d'une commission rogatoire au Congo, et l'appui des autorités judiciaires locales.

RTBF